Presse

RADIO

« Sous les étoiles exactement » (22 mars)

RFI « En sol majeur » (16 avril)

http://www.rfi.fr/emission/20120416-2-margeaux-lampley

en_sol_majeur_2_20120416_1033

TELEVISION

Itélé « C’est au top »(7 mars 2012)

http://www.itele.fr/emissions/magazine/cest-au-top/video/24181

LCI (15 mars), Télématin (21 mars), Euronews (28 mars)


PRESSE

Classica Magazine (Février 2012)



Très bel enregistrement rendant justice au grain de la voix.  « Après un premier album sorti en 2008, Love for Sale, consacré aux standards classiques du jazz, Margeaux Lampley a choisi de présenter neuf compositions personnelles sur les douze titres de ce nouvel opus. Elles sont à l’image de la voix qui les fait entendre, sereines, vibrantes, sans afféterie, simples et directes.  Encore que cette simplicité repose sur un goût précis, délicat et pour tout dire enchanteur, singulier accomplissement pour une chanteuse qui débuta dans la vie comme avocate d’affaires internationale.  Si le droit y a perdu un défenseur, la musique y a gagné une vraie révélation, une personnalité attachante à la séduction vocale naturelle.  Les arrangements d’Olivier Hutman et la présence de musiciens tels que David Sauzay et Olivier Robin, entre autres, contribuent magnifiquement à l’atmosphère de ce disque lumineux.  Et quel bonheur que cette version retenue, mélancolique, de la Chanson Des Vieux Amants de Jacques Brel.  On atteint ici à l’essence même du chant, qui est d’émouvoir, ce qui n’est pas donné à tout le monde. » -Jean-Pierre Jackson, Classica (Février 2012)

CD : Margeaux Lampley – Rain

Écrit par Pierre Stemmelin | 24 Janvier 2012
Posted in TopAudio Musique

Durée : 48’ 55’’
Fuchsia Jazz
Distribution Codaex
www.margeauxlampley.com
Notre avis : (4/5)

La chanteuse Margeaux Lampley, dont nous avions déjà dit du bien (voir article sur son précédent CD,Love for Sale), est également une compositrice et elle l’affirme, sur son nouveau CD : neuf compositions sur douze titres. Des compositions de pop jazz, sympathiques, bien chantées, sans aucun gadget racoleur et avec un accompagnement musical de qualité.

Les trois autres sont les standards « Devil May Care » et « My Romance » et la chanson de Jacques Brel « Les Vieux amants », en français, et très bien, comme elle l’avait fait deux fois sur son disque précédent. Pour ce nouvel album, Rain, elle s’est entourée d’un quartet de choc, avec Olivier Hutman au piano, David Sauzay au sax ténor et à la flûte et Olivier Louvel aux guitares. La section rythmique, basse et batterie, est variable et tenue soit par Blaise Chevallier et Thierry Chauvet, soit par Michel Rosciglione et Olivier Robin. Margeaux Lampley nous avait plu par son jazz intelligent, nuancé, sensible, elle nous étonne désormais par sa qualité d’écriture discrète et s’inscrivant bien dans la tradition de l’American Songbook. Elle sera à Jazz’Ivry le 24 février (www.jazzivry.free.fr), au Café Universel de Paris, le 10 mars et à Villejuif le 29 mars

Quotidien du Médecin (23 janvier 2012)

www.pianobleu.com: « bien qu’il soit question de pluie c’est un très beau disque ! » #Cliquer pour voir l’article#

JAZZ RHONE-ALPES
Margeaux Lampley au Jazz-Club de Savoie par Philippe Morel

Si vous quittez San Francisco par l’énorme Bay Bridge, vous arrivez à Oakland, ville de Margeaux Lampley. De cette région, en cette période hivernale, elle apportera la lumière et la chaleur appuyées, au travers de son récital, par une interprétation de California dreamin’ de John Phillips.
Lors d’un voyage en France elle abandonnera une carrière d’avocate pour devenir chanteuse. Si Duke Ellington, dont elle interprétera Satin doll en démarrage du deuxième set, se plaisait à dire qu’il ne faisait pas du jazz mais de la musique, cette musicienne terminait au Jazz-Club de Savoie une tournée en Rhône-Alpes, et sera demain sur le plateau de Drucker. Ainsi on la découvre dans les charts de la soul et de la pop puis sur une scène d’un club de jazz
S’exprimant dans un français irréprochable, irradiant le public de son sourire généreux, Margeaux Lampley nous a dévoilé lors de cette élégante soirée le contenu de son second album à paraître en début d’année, « Rain ».
Au son velouté de sa voix, nous nous sommes laissés bercer par un répertoire de standards imprégné des comédies musicales des années soixante-dix et de la chanson française.
Sur God bless the child elle sera notre Billie Holiday, qu’elle affectionne particulièrement.
Compositions et reprises, posées comme des touches de couleur sur une aquarelle musicale portée par la finesse de jeu de David Sauzay au saxophone et à la flûte , la délicatesse d’Andy Barron à la batterie, l’excitation d’Olivier Hutman à jouer sur les cordes sensibles de son piano, la jovialité de Philippe Brassoud faisant courir ses doigts sur sa contrebasse, nous ont procuré de grands moments de plaisir jusque tard dans la nuit.
Deux sets et vingt-quatre morceaux n’ont pas eu raison du public qui, sur invitation de Margeaux Lampley, a choisi Ne me quitte pas de Jacques Brel pour clore cette soirée.
Non Margeaux, on ne vous quittera ni des oreilles ni des yeux.
Au plaisir de nous laisser emmener ici ou là aux sons de votre générosité.

Philippe Morel

www.lestroiscoups.com: Entretien avec Margeaux Lampley à propos de la sortie de son album « Rain » (par Jean-François Picaut)

« Rain » ou Comment vous faire aimer la pluie ?

Margeaux Lampley n’est plus tout à fait une nouvelle venue dans le monde du jazz, surtout à Paris. Son premier album, « Love for Sale », nous avait surtout permis d’apprécier l’interprète. Le second, « Rain » (sortie le 25 janvier 2012), vous fera mieux connaître l’auteur et la compositrice. L’occasion pour « les Trois Coups » de revenir sur le parcours de cette chanteuse chaleureuse.
Les Trois Coups. — Margeaux, quand on est, comme vous, née aux États-Unis, diplômée de l’université Columbia à New York, déjà avocate d’affaires internationale, qu’est-ce qui fait qu’on s’installe à Paris pour suivre la formation du C.I.M. (la célèbre école de jazz et de musiques actuelles) puis du Studio des Variétés ?
Margeaux Lampley. — J’ai commencé très jeune à danser, chanter et faire du théâtre. Je le faisais toujours en parallèle à mes études, parce que mes parents étaient très stricts sur le plan académique. J’ai fait tout « comme il fallait », de bonnes études, un bon travail, jusqu’au jour où j’ai réalisé que j’étais vraiment malheureuse de ne pas avoir suivi ma passion. Donc, j’ai arrêté et je me suis inscrite au C.I.M. Je ne l’ai jamais regretté !

Les Trois Coups. — Vous avez fréquenté de nombreux musiciens de jazz en France, quels sont ceux qui vous ont le plus marquée ?
Margeaux Lampley. — Ils m’ont tous marquée, car j’avais beaucoup de choses à apprendre en ce qui concerne le jazz et la manière de faire partie d’une formation de jazz. Ceci dit, j’ai été très touchée qu’Alain Jean-Marie accepte de travailler avec moi alors qu’il était très réputé et moi, pas connue. Il était très modeste et encourageant et, de ce fait, j’ai pu prendre confiance en moi. C’est pareil avec Olivier Hutman, un pianiste talentueux et généreux qui m’a beaucoup appris et m’a encouragée.

Les Trois Coups. — Vous êtes auteur, compositrice et interprète, mais votre premier album, Love for Sale, se contente de revisiter des standards : c’est de la timidité ?
Margeaux Lampley. — Timidité, non ! Prudence, peut-être. Quand j’ai enregistréLove for Sale, j’avais besoin de sortir un album pour avoir de la crédibilité auprès des clubs. J’ai donc choisi d’enregistrer le répertoire que je connaissais et chantais déjà en concert. C’était un bon point de départ. Mais il y a quand même deux compositions personnelles dans Love for SaleBuildin’ Walls etStill in the Mood.

Les Trois Coups. — En revanche, votre dernier album, Rain, comporte neuf créations originales sur douze titres. Qu’est-ce qui a changé ?
Margeaux Lampley. — J’avais plus d’expérience et j’étais plus sûre de moi quand j’ai fait Rain. J’ai pris mon temps pour composer et me décider sur le répertoire. Certains morceaux, j’ai commencé à les jouer en concert. Ça m’a rassurée de voir que ça plaisait. Du coup, j’étais motivée pour composer plus. Je n’ai pas mis tout ce que j’ai écrit dans l’album. Il y avait des morceaux qui s’écrivaient facilement et d’autres qui prenaient du temps.

Les Trois Coups. — Vous chantez en français, la Chanson des vieux amants de Brel sur cet album, mais vous écrivez en anglais. Vous envisagez d’écrire un jour dans notre langue ?
Margeaux Lampley. — J’adore la langue française et j’aimerais écrire en français, mais hélas, je ne suis pas très douée ! Je cherche un parolier : si quelqu’un veut m’aider !

Les Trois Coups. — Comment définiriez-vous votre dernier album, Rain ?
Margeaux Lampley. — J’aurais du mal à le « définir ». C’est un album simple mais chaleureux. J’ai voulu mélanger les styles – jazz, pop, soul, latino –, car ce sont les musiques qui reflètent mes différentes vies : mon enfance en Californie, la folie de New York, les voyages que j’ai faits partout dans le monde, et la France où j’ai découvert une nouvelle « moi ». Rainest le fruit de mon bonheur, de ma tristesse, de mon ennui, de mon excitation et de mes pensées pendant beaucoup de jours de pluie…

Les Trois Coups. — Pour l’instant, vous vous produisez surtout dans la région parisienne, vous n’aimez pas la province ?
Margeaux Lampley. — J’ai joué récemment à Annecy et à Chambéry. Quel accueil ! J’ai adoré. Les gens qui viennent écouter sont très attentifs et enthousiastes. C’est sûr que je vais essayer de jouer plus souvent en province.

Les Trois Coups. — Merci à vous, Margeaux Lampley, de vous être prêtée de bonne grâce à cet entretien. Nous laissons désormais les lecteurs desTrois Coups savourer votre dernier album, Rain.
Margeaux Lampley. — J’espère que ça va leur plaire ! Et c’est moi qui vous remercie ! ¶

Propos recueillis par
Jean-François Picaut
Les Trois Coups
www.lestroiscoups.com


Rain, de Margeaux Lampley
Un album Fuchsia jazz, distribué par Codaex
Avec : Margeaux Lampley, Olivier Hutman, Olivier Louvel, David Sauzay, Blaise Chevallier, Michel Rosciglione, Thierry Chauvet et Olivier Robin
Margeaux Lampley sera en concert :
– au Sunside, Paris, le 24 janvier 2012
– au Café universel, Paris, le 28 janvier 2012 et le 10 mars 2012
– à Jazz’Ivry, le 24 février 2012
– à Jazz aux Esselières, Villejuif, le 29 mars 2012

piano/voix etc…
A voir : une vidéo d’annonce du beau disque à paraître de la chanteuse Margeaux Lampley : RAIN et dont le pianiste Olivier Hutman prend en charge la direction artistique, les arrangements et de la réalisation de l’album
Née à New-York Margeaux Lampley à grandi en Californie, bercée dans son enfance par le Gospel, le Jazz et la Soul. Après avoir obtenu un diplôme de droit à l’Université de Columbia de New-York elle débute une carrière comme avocate d’affaire internationale entre Paris et New-York. Elle décide de tout arrêter pour se consacrer à la musique, intègre à Paris le CIM puis le Studio des Variétés.
Très vite, elle est invitée à collaborer comme chanteuse-auteur-compositeur par des groupes français aussi variés que les Marathonians (« Come on boy, come on girl », signé chez Warner et utilisé pour une campagne publicitaire mondiale Peugeot), Marc Collin (producteur Nouvelle Vague), Bang Bang, Funkaroma, avant de former le groupe Sodex et sortir deux singles, devenus ensuite des hits clubs. Son titre « Move me » a été repris sur des compilations en France et dans le monde entier, ainsi que dans la BO du film « De battre mon cœur s’est arrêté ». Margeaux Lampley s’oriente naturellement vers le Jazz. Elle se produit régulièrement sur la scène parisienne Sunset-Sunside Jazz Club, Petit Journal Montparnasse et dans les festivals comme Enghien-les-Bains Jazz Festival. Elle s’entoure de musiciens talentueux comme les pianistes Olivier Hutman, Alain Jean-Marie et Manuel Rocheman, les contrebassistes Blaise Chevallier et Michel Rosciglione, les batteurs Olivier Robin et Thierry Chauvet, le saxophoniste David Sauzay et le guitariste Olivier Louvel. En 2008, elle propose un premier album Love for Sale, qui revisite les grands classiques de jazz. Pour son nouvel album Rain, Margeaux nous livre 9 compositions originales et trois reprises oscillant entre jazz, pop, soul et musique latine. Le pianiste Olivier Hutman, qui a déjà réalisé des albums pour les chanteuses Anne Ducros, Stephy Haïk, Clotilde Rullaud et Denise King, prend en charge la direction artistique, les arrangements et de la réalisation de l’album. Avec ce deuxième opus Margeaux Lampley nous invite à un voyage à la croisée des cultures.
Vous pouvez dès à présent pré-commander ce disque en cliquant sur l’image ci-dessus et si vous habitez Paris sachez qu’elle sera en concert au Sunside le 24/01/2012 et Café Universel 28/01/2012
A voir donc cette vidéo et une autre en concert… qui vous permettra de mesurer que bien qu’il soit question de pluie c’est un très beau disque !

CULTURE JAZZ (www.culturejazz.fr)

Chanteuses…enchanteuses. « Et si on chantait en ces temps qu’on dit moroses ? Ou plutôt si on écoutait chanter des musiciennes qui utilisent leur voix comme mode d’expression de leur sensibilité artistique ?  Entre les grandes divas du jazz (qui donnèrent ou donnent encore un scintillement incomparable au répertoire) et le pop-stars, il y a tout un espace dans lequel les chanteuses d’aujourd’hui cherchent à se frayer un chemin, leur chemin pour être entendues ou mieux… écoutées. En ce début d’année 2012, paraissent plusieurs disques qui mettent en avant des voix féminines déjà bien connues (LaVelle…), en passe de l’être (Susi Hyldgaard) ou à découvrir.

Susi HYLDGAARD : « Dansk »

Margeaux LAMPLEY : « Rain »

LAVELLE : « Special »

Sarah LENKA : « Hush »

Laura LITTARDI: « Inner dance » – (OUI on aime !)

Noëmi WAYSFELD & BLIK : « Kalyma »

Eda ZARI : « Toka Incognita »

« Pourquoi la pluie (rain) ? La pluie stimule ma créativité. Je me blottis dans mons studio… Je chante, je compose, je rêve… Cet album est le résultat de nombreux jours de pluie…« . C’est ainsi que Margeaux Lampley, chanteuse new-yorkaise ex-avocate d’affaire internationale présente son second album, après Love for Sale paru en 2008.
Il a dû effectivement beaucoup pleuvoir pour lui permettre de composer 9 des 12 titres de ce disque dans lequel elle a réservé une petite place à des bijoux composés par Jacques Brel (La chanson des vieux amants), Bob Dorough (Devil May Care) et Mrs Rodgers & Hart (My Romance).
Entourée d’une solide équipe de jazzmen tous-terrains (Olivier HutmanOlivier LouvelDavid Sauzay et deux rythmiques qui alternent impeccablement), cette chanteuse aujourd’hui parisienne fait briller le soleil dans la grisaille en naviguant entre jazz, pop, soul et musique latine.
Ce désir d’éclectisme, certes compréhensible (un CD sert aussi à se faire remarquer des programmateurs), ne permet pas à ce disque de mettre en valeur la réelle personnalité de la chanteuse. Cependant, comme souvent, on ne l’appréciera que plus justement si on a l’occasion d’écouter en concert cette équipe talentueuse qui joue avec générosité. –   Thierry Giard

PIANO BLEU (www.pianobleu.com)

« …bien qu’il soit question de pluie c’est un très beau disque ! »

TOP AUDIO-MUSIQUE

Écrit par Michel Bedin | 06 Février 2011
Posted in TopAudio - Musique

La chanteuse Margeaux Lampley est également chanteuse de jazz. On la connaissait par son « Move Me », (pop music) du film « De battre mon cœur s’est arrêté », la voici avec un trio de jazz classique, en l’occurrence Roman Molist (piano), Nicolas Grammosenis (contrebasse) et Jérôme Villefranque à la batterie.

Elle a choisi un répertoire dans le grand American Songbook (Rodgers & Hart, Cole Porter, Johnny Mercer) sans oublier, comme elle était chez nous, deux succès français de jazz, Les Feuilles Mortes de feu Kosma-Prévert et la Javanaise du cher Serge. Plus deux compositions personnelles, histoire de montrer qu’elle ne chante pas seulement. Un jazz classique dans sa forme, enlevé et qui tient la route. Et des accompagnateurs qui assurent. On aimerait entendre ce type de jazz plus souvent sur les ondes, voire à la télé, mais faut pas rêver, il faut d’abord passer par les fourches caudines des majors.

Margeaux Lampley : moment de grâce au Bel Ami

On 3 décembre 2010

« Hier soir, Margeaux Lampley a su charmer l’assistance lors de sa prestation toute de grâce et de suavité à l’hôtel Bel Ami. Cette chanteuse de jazz américaine influencée par Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan et Dinah Washington, possède bel et bien la même classe que ces grandes chanteuses de jazz. Si vous avez apprécié cette soirée, retrouvez-là sur son dernier album « Love for sale ». »   Hotel Bel Ami

ALL ABOUT JAZZ.COM


Le lien de l’article ci-dessous: allaboutjazz.com.

FIGAROSCOPE « Du vocal par une Américaine que l’on doit découvrir. Frais ! »

BILLETREDUC.COM « Concert magique dans un lieu charmant et intimiste – voix superbe, musiciens de première qualité – j’attends le prochain concert avec impatience! »

HTTP://WWW.SORTIZ.COM

« Chaque saison apporte son lot de nouveaux artistes, plus prometteurs les uns que les autres, qui viennent inonder de leur rythme comme de leur style les bacs de nos disquaires. Dans ce cas-là, comment faire un choix judicieux et intéressant qui vous permettra de découvrir et bien sûr d’apprécier la nouvelle star, voire diva de demain ? Difficile de répondre comme çà mais si vous penchez votre oreille sur le premier album de Margeaux Lampley, une chanteuse américaine, bercée par la musique gospel, jazz et soul, vous découvrirez sans aucun doute celle qui pourra, on l’espère dans un avenir proche, émouvoir et sensibiliser les auditeurs, notamment de jazz, du monde entier.
Il faut savoir que cette jeune femme, amie de la famille Barack Obama, écrit, compose et interprètes certains des morceaux qui apparaissent ici (l’exotique Still in the mood tendance bossa-nova, et le chaloupé Buildin’walls au piano omniprésent). Pour le reste, elle chante de sa voix puissante essentiellement des reprises, quelques grands standards bien connus et autres tubes indémodables (l’engageant Love for sale – qui donne d’ailleurs son nom à ce disque – et le relevé What is this thing called love ? avec son solo de batterie de Cole Porter ; le sautillant Lady is a tramp et le célèbre My funny Valentine de Richard Rogers dans une version revue et corrigée ; sans oublier le fameux Autumn leaves de Kosma et Prévert moitié en anglais moitié en français dans un tempo rapide, et l’incontournable Javanaise de Serge Gainsbourg, tout habillé d’un piano virtuose bien velouté, bref, 2 hits indissociables de la culture musicale française).
En effet, Margeaux fut découverte en France il y a peu de temps (l’un de ses morceaux, Move me, est sur la BO du film De battre mon cœur s’est arrêté), et c’est presque naturel, voire évident, de retrouver sur cet opus « hommage » pareils titres, tous aussi variés, intimistes et spontanés les uns que les autres, tour à tour saccadés et feutrés, entraînants et enveloppants, en un mot, impressionnants et envoûtants, surtout quand il s’agit de défendre toute en finesse et en profondeur un répertoire tel que celui-ci. En vérité, il n’y a rien de mieux que ce style de galette pour faire honneur à notre beau pays lorsque ces nombreux artistes, en quête de nouvelle « terre d’asile » musicale, partent à la recherche de nouveaux sons comme de nouvelles idées ! Raison de plus pour aller l’applaudir le jeudi, 3 septembre à 20h30 au Petit Journal Montparnasse de Paris…. »
C.LB

PURE JAZZ RADIO, NEW YORK

Pure Jazz Radio with Rich Keith « New York Tonight » 8pm to 11pm EST M-F:  « One of the really gratifying things about being in radio is being able to expose new talent and new material that is really worthy of being heard.  A lot of material is submitted but so little, especially where singers are concerned, really has « it ». « Margeaux Lampley’s new album « Love for Sale » has « it » and is worthy of being heard.  Margeaux’s voice is lovely and her phrasing is interesting throughout the album. The fine trio backing her give this studio album a nightclub feel.  « I especially like two selections « Fly Me to the Moon » and « Autumn Leaves ».  These songs, normally performed in down tempo, are done « up » here.  That can be a dangerous thing to fool with (ever hear the term « lounge lizard »?).  Margeaux, and her group, are up to the task and deliver two refreshing new versions of these chestnuts. « At Pure Jazz Radio, streaming to the world daily, we’re happy to have this « American in Paris » on our playlist. »

LE JAZZ AFFAIR WITH SAL CALFA. “A fabulous vocalist…”

THE URBAN BUZZ

www.TheUrbanBuzz.com    Real French Fries. Margeaux Lampley, born in New York, raised in California and, after practicing law in the U.S., starting her second (artist’s) life by relocating to Paris, where she has studied and performed jazz for the last few years. Lampley recorded her debut album Love For Sale as testimony to her love of jazz standards as sung by the likes of Ella Fitzgerald, Dinah Washington and Billie Holiday. Margeaux Lampley’s CD Love For Sale is available at www.Amazon.com. Is there a greater appreciation for real music outside of the US? We congratulate Margeaux for pursuing her dream and finding it in Paris!

Copyright © 2010 margeauxlampley.com . Tous droits réservés. |Partenaire: -->